منتديات برة العرب اولاد زنان

منتدى ملتقى الاصالة
 
الرئيسيةاليوميةمكتبة الصورس .و .جبحـثالأعضاءالمجموعاتالتسجيلدخول
بحـث
 
 

نتائج البحث
 
Rechercher بحث متقدم
المواضيع الأخيرة
» تاريخ منطقة تديكليت
الجمعة ديسمبر 25 2009, 01:37 من طرف zennani2005

» مدينة تمبكتو
الخميس سبتمبر 17 2009, 18:54 من طرف azouz

» تاريخ آسيا
الخميس سبتمبر 17 2009, 18:51 من طرف azouz

» Les oasis du Touat-Gourara-Tidikeit en Algérie
الخميس سبتمبر 17 2009, 18:43 من طرف azouz

» العمارة في المغرب
الخميس سبتمبر 17 2009, 18:07 من طرف azouz

» العمارة
الخميس سبتمبر 17 2009, 18:02 من طرف azouz

» بناء مجتمع زناني قوي
الأربعاء مايو 20 2009, 20:09 من طرف Ommust

» حول مدينة اولف
الخميس يناير 08 2009, 14:58 من طرف zennani2005

» رجاء من المشاركين
الخميس يناير 08 2009, 04:08 من طرف habib02

التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
pubarab
تصويت
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
pubarab

شاطر | 
 

 Les oasis du Touat-Gourara-Tidikeit en Algérie

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
azouz



المساهمات : 5
تاريخ التسجيل : 17/09/2009

مُساهمةموضوع: Les oasis du Touat-Gourara-Tidikeit en Algérie   الخميس سبتمبر 17 2009, 18:43

Survie et ordre social au Sahara
Les oasis du Touat-Gourara-Tidikeit en Algérie
Yves CUILLERMOU*
Les oasis sahariennes constituent pour la majorité des observateurs
un univers opaque et paradoxal, dont les habitants apparaissent
tantôt étroitement repliés sur eux-mêmes et sur leurs pratiques
« ancestrales », tantôt insérés dans des rapports complexes avec
d’autres populations parfois très éloignées géographiquement et
culturellement. L’intensité des relations à grande distance semblerait
même souvent proportionnelle à l’isolement physique - ce qui n’est
surprenant qu’au premier abord -. La question se pose toutefois de
savoir de quelle manike ces relations externes peuvent s’articuler sur
les formes locales d’organisation technique et sociale, sans remettre
en cause à terme la spécificité et l’autonomie de celles-ci.
Pour survivre dans un milieu implacable, les agriculteurs oasiens, au
cours des siècles, ont mis au point des techniques ingénieuses et
adaptées aux conditions locales, mais également des formes sociales
en adéquation étroite avec les premières. La maîtrise de ce facteur
vital qu’est l’eau implique une rigoureuse discipline collective, en
même temps qu’elle fait l’objet de luttes permanentes (bien que
rarement ouvertes). Le contrôle de l’eau constitue donc l’un des
principaux « piliers » d’un système social plus ou moins hiérarchisé,
expression d’un consensus général mais aussi d’un rapport de forces
éminemment variable selon les lieux et les époques.
De nos jours, cet ordre social est fréquemment présenté - notamment
par les jeunes cadres techniques et politiques - comme figé,
anachronique et incapable de s’adapter aux exigences de la vie
moderne et du « développement ». Pour notre part, nous tenterons
de montrer, à partir de cas concrets, comment certaines formes
apparemment « archaïques » de production ou de pouvoir sont
* Anthropologue, université Paul-Sabatier, 37, allées Jules-Guesde, 3 1062 Toulouse cedex.
Cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 721-738
moins de simples survivances que le produit d’une crise interne et
d’interventions - pas toujours cohérentes - d’agents extérieurs,
notamment de l’appareil d’État.
Notre investigation porte sur les régions du Touat, du Gourara et du
Tidikelt, situées au sud-ouest du Sahara algérien, et qui comptent,
au debut des années quatre-vingt, environ 150 000 habitants. en grande
majorité ruraux. répartis à travers quelque 250 villages (ksour.
s. ksnr). Cet ensemble régional (1) présente certains traits originaux :
occupation sédentaire très ancienne, population d’origine fort diverse,
recours à des techniques hydrauliques particulièrement élaborées,
relations intenses avec le Nord comme le Sud du Sahara. impact
relativement limité de la colonisation... autant de facteurs qui, dans
notre optique. en justifient l’etude.
REPÈRES HISTORIQUES
L’histoire du Touat, du Gourara et du Tidikelt depuis plus de deux
mille ans peut être vue comme une alternance continuelle entre des
phases d’isolement relatif et des phases d’intenses contacts extérieurs.
Cette alternance semble résulter. d’une manière générale, moins d’un
choix délibéré des populations (ou des classes dirigeantes) locales,
que des fluctuations de la conjoncture historique. qui conduisent
périodiquement des groupes très divers ou des agents de pouvoirs
lointains à s’intéresser aux oasis.
L’origine de leur peuplement est extrêmement difficile à reconstituer
et à dater avec quelque précision, compte tenu de la disparition de
l’étage géologique superficiel - et donc de la plupart des vestiges
ou indices archéologiques - provoquée par les facteurs climatiques.
En fait, on ignore â peu pres tout de l’histoire de ces régions jusqu’à
l’aube de l’ère chrétienne. Selon certaines hypothèses (cf. MARTIN,
1908). elles auraient été longtemps peuplées de Noirs sédentaires
vivant en petits villages dispersés et dominés par des Berbères
nomades. C’est seulement avec l’occupation juive que débute l’histoire
« officielle » - et confirmée jusqu’à nos jours par la mémoire
populaire. Celle-là comporterait en fait deux phases distinctes, avec
l’arrivée successive de deux vagues d’occupants en provenance de
Tingitane (peu avant l’ère chrétienne) puis de Cyrénaïque (entre le
ne et le TV’ siècle apr. J.-C.).
(1) Sur le plan administratif, ces trois rt;gions se rattachent à la IViluw (département)
d’Adrar, créée en 1974 et s’étendant jusqu’à la frontière du Mali. 2 l’exception
notable de la Daïru (arrondissement) d’Ain Salah (dans le Tidikelt) rattachée assez
arbitrairement à la Wilaya de Tamanrasset.
Cah. Sci. Hum. 2Y (1) 1993 : l21-138
Survie et ordre social au Sahara 123
11 s’agirait d’une période relativement prospère et paisible - eu égard
aux troubles qui agitent à cette époque la Berbérie en lutte contre
l’Empire romain r protégé par l’immensité des espaces arides, le
royaume juif du Touat se fonde sur un réseau de vastes villages autour
de la métropole Tama-n-Tit, utilisant efficacement des ressources
hydrauliques déjà limitées - quoi qu’affirment certains auteurs (cf.
MARTIN, 1908 : 44-45).
Entre le VII” et le XIV’ siècle (apr. J.-C.), la région subit l’intrusion
de divers groupes berbères et arabes, dont la pression croissante finit
par ruiner la puissance juive et imposer un islam intolérant. A partir
du xw siècle, la région voit s’instaurer graduellement une tutelle
marocaine qui se maintiendra pratiquement jusqu’à la veille de la
conquête française (1900). En fait, le contrôle du pouvoir chérifien
sur la région reste assez formel, entrecoupé de longues périodes
d’instabilité ou d’ « autonomie », au cours desquelles les populations
oasiennes subissent la domination de tribus nomades qui les soumettent
a de lourds prélèvements en échange de leur « protection ».
L’occupation française, longtemps retardée par des facteurs diplomatiques,
est relativement aisée (en dépit de résistances localement très
vives), notamment grâce à l’action des « auxiliaires indigènes z Ouled
Sidi Cheikh (2) qui disposent d’une influence spirituelle considérable
dans la région (MARTIN, 1908 : 164-166). Les conditions d’existence
des populations locales s’en trouvent certes modifiées, mais dans des
proportions infiniment moindres que celles des populations du Tell
ou des oasis du nord-est, dépossédées d’une part considérable de leur
patrimoine foncier (terres agricoles, pâturages, forêts ou ressources
en eau) au profit de colons ou de grandes sociétés agro-industrielles).
Toute velléité de peuplement européen se heurte ici aux contraintes
d’un milieu physique extrêmement sévère, auquel seuls les autochtones
ont su, au cours d’une expérience millénaire, trouver des réponses
adaptées - et inassimilables de l’extérieur. Dans ce contexte,
techniques et systèmes de production se maintiennent à peu près
inchangés jusqu’à l’Indépendance, et à nos jours.
CONTRAINTES DU MILIEU ET PROCÈS DE PRODUCTION
Le Touat, le Gourara et le Tidikelt sont parmi les zones les plus
arides du monde. Certes, la mesure précise de l’aridité se heurte à
(2) Puissante tribu maraboutique’ des hautes steppes oranaises méridionales. célkbre par
sa résistance à l’occupation française et ses deux grandes insurrections (1863 et 1881) ;
sa collaboration ultérieure avec I’armée et l’administration française est, en revanche,
beaucoup moins connue.
Cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 121-138
124 k?S GUILLERhtOU
de sérieuses difficultés, du fait de l’insuffisance des données, mais
également de la valeur limitée de certains critères que l’on tend
souvent à privilégier (par exemple, volume annuel des précipitations).
Toutefois, la méthode mise au point par CAPOT-REY (1953) permet
de pallier dans une certaine mesure ces inconvénients, en proposant
un CCin dice d’aridité » (ou plus exactement de « pluvio-efficacité »
qui met en rapport volume des précipitations et évaporation, tout en
tenant compte du régime des pluies et de leur saisonnalité (3). Le
calcul de cet indice fait nettement ressortir l’extrême aridité de ces
régions, qui présentent des valeurs excessivement basses par rapport
à d’autres régions sahariennes : 0.32 pour Adrar (Touat). 0,lS pour
Aoulef (Tidikelt), contre 0,461 pour Tamanrasset (Hoggar). 1.21 pour
Ghardaïa (Mzab). . . (CAPOT-REY, 1953 : 488).
À cette contrainte fondamentale de l’eau, s’en ajoutent d’autres
d’acuité variable, notamment celles liées au relief dunaire : les oasis
implantés sur des massifs dunaires (en particulier le Grand Erg
occidental) se trouvent, du fait de l’instabilité du sol et de l’intense
activité éolienne, soumises a un processus continuel d’ensablement,
contraignant périodiquement à l’abandon des habitations et plantations
ensevelies sous les dunes.
Enfin, l’activité humaine se heurte d’une manière générale au
problème de la dispersion de la population - imposée par la faiblesse
des ressources en eau - à travers un territoire immense et fort éloigné
des grands pôles urbains et économiques : il convient cependant de
souligner le remarquable effort (public et privé) de désenclavement
des oasis. des années soixante-dix à nos jours.
L’activité productive oasienne repose sur un système d’organisation
technique et socio-économique particulièrement complexe, au sein
duquel on peut distinguer - pour la clarté de l’analyse - trois
niveaux apparemment autonomes. mais en fait étroitement articulés :
procès hydraulique. procès « agricole B et procès de circulation.
(3) Cet indice est la moyenne de deux rapports :
- total annuel des pluies (P)/évaporation totale (E);
- précipitations du mois le plus humide (p)/&aporatinn de ce mois (e).
À total annuel égal, on a une valeur d’autant plus faible que les pluies tombent dans
un mois plus chaud (CAPOT-REY, 1953 : 64-65).
Cah. Sci. Hum. 29 il) 199.3 : 121-138
Survie et ordre social au Sahara 125
Procès hydraulique
Le procès hydraulique est fondé au Touat-Gourara-Tidikelt sur une
technique complexe et originale, celle de la foggaw. Il s’agit d’une
galerie souterraine permettant de drainer l’eau du sous-sol et de
l’amener par gravité jusqu’à la surface d’une dépression, où peut être
installée une oasis. Cette conduite est jalonnée de puits d’aération
- seuls visibles de l’extérieur - indispensables au creusage et à
l’entretien de l’ouvrage.
Les foggarn de la région, implantées en bordure du plateau du
Tadmaït, puisent essentiellement dans une nappe aquifère très abondante
dans les grès du Crétacé inférieur, considérée comme faisant.
partie du système de l’AIbien ou Continental intercalaire.
Ce mode de captage présente de grands avantages : débit à peu près
constant, possibilité d’accroître celui-ci par allongement de la galerie,
et surtout arrosage par gravité, ce qui résout le problème - souvent
crucial au Sahara - de l’exhaure... ; mais il présente également des
inconvénients non négligeables, comme la faiblesse générale des
débits, la nécessité de stocker l’eau dans des bassins (d’où des pertes
par évaporation), ou la pureté de l’eau fournie, qui provoque
l’appauvrissement des sols (CAPOT-REY, 1953 : 325326).
Les foggaru ont atteint dans cette partie du Sahara un développement
considérable - plus de 3 000 km de galeries - et apparemment
paradoxal eu égard à l’énorme investissement en travail qu’elles
représentent dans ces régions sous-peuplées : d’après certaines estimations,
le creusage d’une foggarn de 4 km de long $ une profondeur
moyenne de 12 mètres nécessiterait environ 48000 journées de travail,
soit le travail ininterrompu (à raison de 6 jours sur 7) de 40 ouvriers
pendant 4 ans ! (GRANDGUILLAUME, 1973). Or, si leur taille est
extrêmement variable, certaines foggara dépassent JC) km de long et
25 m de profondeur moyenne.
De plus. une foggaru, .loin d’être un objet inerte, constitue une sorte
d’organisme vivant, qui évolue avec le temps et dont le maintien en
vie implique des « soins » répétés : curages réguliers du fait des
éboulements, prolongement périodique de la galerie vers l’amont ou
creusage de galeries secondaires pour compenser le rabattement de
la nappe. . . Mais dans la mesure où elles sont surtout alimentées par
des nappes fossiles, les foggarn ne peuvent avoir une durée de vie
illimitée : la difficulté d’entretenir ou de prolonger les galeries à partir
d’une certaine profondeur les condamne - à plus ou moins longue
échéance - à l’abandon.
La réalisation et l’entretien des foggarn représentent des tâches
excessivement pénibles et de plus dangereuses. compte tenu des
cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 121-138
risques d’éboulement : combien d’hommes, au cours des siècles, ont
péri ensevelis en s’efforçant d’assurer à leur communauté l’accès à
l’eau - et donc à la vie? Avec un tel COU~ humain, on peut
légitimement s’interroger sur les raisons de l’omnipresence des foggara
dans ces régions, et sur I’existence (ou les conditions) d’une éventuelle
alternative technologique.
L’origine exacte du système des foggara au Touat-Gourara-Tidikelt
est une question fort complexe et controversée. Que cette technique
ait été découverte par les plus anciens occupants (connus) juifs ou
judéo-zénetes, lesquels I’auraient ensuite introduite au Maroc au
début du XII’ siècle (CAPOT-REY, 1953 : 196), ou qu’elle ait été
importée d’Orient par des groupes arabes (GAUTIER, 1950 : 204-205),
n’est pas dune importance fondamentale pour notre propos.
11 serait certes intéressant, si Ion admet avec la plupart des auteurs
que cette technique n’est guère antérieure au x’ siècle de l’ère
chrétienne, de savoir à quoi elle a succédé - étant donné que la
plus grande partie du Touat et du Gourara (contrairement au Tidikelt,
dont le peuplement a été beaucoup plus tardif) était déjà occupée
depuis plusieurs siècles. Selon une hypothese élaborée au début du
siècle par MARTIN (1908) ces régions auraient disposé jadis de
ressources hydrauliques abondantes (lacs. eaux courantes, etc.), et
les fogguru y auraient directement pris le relais de puits artésiens
autrefois jaillissants, par suite de l’abaissement des nappes (MARTIN,
1908 : 63 et 238-240). Cette hypothèse séduisante, partiellement
reprise à son compte par CAPOT-REY (1953 : 91-92 et 325), est de nos
jours vigoureusement contestée - d’autant qu’il est prouvé que
l’aridité du Sahara n’est nullement un phénomène of récent » (AUMASSP,
1986 : 565).
En fait, il n’est nullement exclu que les foggara aient coexisté à
certaines époques avec d’autres techniques - tout comme elles se
sont maintenues au Tidikelt malgré le développement des puits
artésiens à partir de 1900. II n’en reste pas moins que pendant près
de dix siècles les foggarn ont occupé une place dominante dans
ces régions. Leur développement serait lie à celui du commerce
transsaharien, la main-d’euvre servile périodiquement importée
d’Afrique noire assurant pour une large part les travaux de creusage
et d’entretien des galeries.
L’abolition de l’esclavage et la fuite des anciens esclaves vers le nord
(censé leur offrir de meilleures conditions de vie) ont certes été
lourdes de conséquences pour I’agricuiture oasienne, mais n’ont pas
abouti pour autant à I’abandon du système des foggnru.
En fait, il est pratiquement impossible de renoncer à ce système sans
remettre en cause le mode très spécifique de distdution de l’eau qui
CJ/J. Sci. t/unJ. 29 [lj 1993 : Ill-1-M
Survie et ordre social au Sahara 127
est lié. L’eau d’une foggaru coule en permanence, même si son débit
varie au cours de l’année et d’une année à l’autre: sa répartition
obéit à un partage en volume et non en temps - ce qui pose des
problèmes inextricables aux techniciens qui cherchent h traduire les
unités locales de mesure en débits horaires. Ce partage en volume
est matérialisé par des « peignes » répartiteurs, en pierre, placés en
travers des canaux d’irrigation et qui assurent toutes les divisions et
subdivisions nécessaires du débouché de la foggnra aux jardins
individuels. La mesure de chaque part d’eau s’effectue au moyen
d’une plaque de cuivre percée de trous de différents diamètres (4).
La répartition initiale peut être modifiée par suite de travaux
d’agrandissement de la foggarn ou de ventes de parts d’eau. Toute
opération de redistribution implique à la fois une mesure des débits
réels et un calcul des débits juridiques - lesquels, du fait qu’un
partage en volume ne tient pas compte des variations du débit global,
diffèrent toujours plus ou moins des débits réels.
Doit-on en conclure que l’on a ici affaire à un système totalement
figé et imperfectible, dont le maintien dans un contexte de baisse
généralisée des débits s’apparente à un travail de Sisyphe, et donc
voué à une lente mais inéluctable disparition ?
En fait, les producteurs oasiens ont su mettre au point des techniques
aussi diverses qu’ingénieuses pour faire face aux insuffisances ou à
la dégradation du système des foggaln. Dans les oasis à forte pente,
le déplacement périodique des plantations et des jardins vers le bas
permet de pallier (pendant une période plus ou moins longue)
l’abaissement de la nappe. Là où cela n’est pas ou plus possible, on
aménage une pente artificielle en creusant des tranchées de plus en
plus profondes, d’où l’eau qui s’écoule de la foggnra est ensuite
élevée vers chaque jardin au moyen d’un petit balancier (tmskimt ou
jbid). Dans une dernière étape, la foggaw est abandonnée au profit
de véritables puits à balancier. Mais dans ce cas comme dans le
précédent, l’exhaure manuelle, impliquant un effort physique intense,
constitue une lourde contrainte (5).
Enfin, les habitants de certaines oasis du Gourara, notamment celles
qui sont situées à l’intérieur de 1’Erg occidental, ont trouvé le moyen
(4) Mais la valeur de chaque unité de mesure (comme le diametre du trou qui lui
correspond) est très variable d’une oasis à l’autre. ce qui rend très difficile toute
comparaison.
(5) D’où l’attrait général pour les groupes motopompes, qui dispensent d’une tache
manuelle harassante ; cependant, la gbnéralisation de cette technique (jusqu’à présent
très limitée) présenterait de sérieux risques d’épuisement rapide des nappes; de
plus, les producteurs des oasis isolées se heurteraient constamment aux problèmes
d’approvisionnement en carburant et en pièces de rechange.
Cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 121-138
128 Yves G~JIL~ ~~h40i.1
de réaliser la culture de palmiers et même de jardins sans inigution,
en tirant parti de la proximité de la nappe phréatique ou de l’humidité
à la base des dunes (6).
Au total, on se trouve donc en présence d’une gamme extrèmement
riche et variée de techniques hydro-agricoles, témoignant de l’ingéniosité
de la population et de son acharnement à tirer parti des moindres
ressources d’un milieu aussi sévère. Cela ne doit pas masquer
cependant la gravité de la crise hydraulique dans laquelle se débattent
depuis des décennies la majorité des oasis.
Pro&3 « agricoles »
Contrairement au procès hydraulique, fondé sur l’initiative du groupe
et soumis à de strictes règles collectives, le procès de travail agricole
proprement dit laisse la plus large place à l’initiative individuelle du
producteur direct. L’activité agricole du Touat-Gourara-Tidikelt, pardelà
les multiples différences d’une zone ou mème d’une oasis à
l’autre, présente un certain nombre de caractéristiques communes,
notamment l’omniprésence du palmier-dattier - en association avec
des cultures « sous étage >> d’importance. très diverse -, et le recours
exclusif à des techniques manuelles.
L’omniprésence du palmier-dattier (Phoertiv ducryl~eru) s’explique à
la fois par l’adaptation de cette plante aux conditions arides et par
le role essentiel de son fruit dans l’alimentation locale. Cependant,
les principales variétés cultivées dans la région sont particulièrement
sensibles au buyoudh. maladie cryptogamique incurable et dévastratrice,
qui affecte la plupart des palmeraies. Ce fléau - conjugué à
d’autres facteurs, comme le vieillissement des plantations et la faible
valeur marchande des dattes locales - contribue à une désaffection
croissante vis-à-vis de cette culture au profit des cultures « sous
étage ». Celles-ci se composent de diverses cultures assolées (céréales,
fourrages, cultures maralchères), et parfois d’arbres fruitiers ou de
plantes non alimentaires : tabac, henné, etc. Les céréales ont longtemps
occupé - et occupent encore dans une grande partie des oasis
- la premiè.re place ; mais l’e.ssor très rapide de la tomate extraprimeur
introduite au début des années soixante-dix a bouleversé la
situation dans certaines zones du Touat et du Tidikelt.
(6) C’est ainsi que les habitants des zones non ensablées de reg (Tinerkouk et Taghouzi
oriental) creusent des trous de diamètre réduit à travers la carapace conglomératique
pour y planter leurs palmiers dont les racines atteignent la nappe phréatiyue, tandis
que ceux du Taghouzi occidental creusent des fosses à la base des dunes de 1’Erg pour
y planter palmiers et céréales (BISSON, 1957 : SS).
Cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 121-138
Survie et ordre social au Sahara 129
Du fait de la diversité des cultures pratiquées, des contraintes de
l’irrigation et du caractère manuel des techniques, le procès du travail
oasien présente un caractère relativement continu et intensif. Si l’on
distingue généralement deux grandes périodes d’activité intense au
cours de l’année (automne et printemps), mème en période « creuse »
diverses tâches astreignent les producteurs à une présence quasi
quotidienne sur leurs jardins ou plantations.
Procès de circulation
Malgré leur isolement et leur dimension réduite, les oasis ne vivent
nullement en autarcie : les échanges ont pratiquement de tout temps
occupé une place fondamentale dans leur économie.
Le procès de circulation proprement dit inclut aussi bien la circulation
de la force de travail que celle des biens matériels. La première a
pris des formes diverses selon les lieux et les époques, mais elle a
été largement conditionnée par les grandes vagues migratoires (du
début de l’ère chrétienne au XV siècle) et par le commerce des
esclaves, qui pendant près de dix siècles a vu alterner périodes fastes
(notamment au XIV~ siècle) et périodes de crise (notamment fin du
XIX’ siècle). Il convient de noter que les esclaves importés du sud du
Sahara étaient pour partie affectés au travail productif dans les oasis.
et pour partie réexportés vers le nord, notamment au Maroc, pour
y être vendus et offerts en tribut au Sultan - au détriment du travail
productif en période de crise. Depuis le début du siècle, la circulation
de la force de travail revêt essentiellement deux formes : migrations
de travail entre oasis, et surtout à l’extérieur de la région et du
secteur agricole (principalement en direction des chantiers pétroliers
situés dans d’autres parties du Sahara). Ces migrations constituent
un exutoire à ce qui apparaît de plus en plus comme un excédent de
main-d’oeuvre eu égard aux contraintes du milieu et aux limites de
l’activité agricole.
La circulation des biens matériels porte essentiellement sur les produits
agricoles, dont le commerce revêt en général un caractère vital en
raison du déficit de la production locale de céréales et de produits
animaux. Cette fonction, longtemps dévolue a divers réseaux caravaniers
contrôlés par des commerçants citadins (autochtones ou étrangers)
utilisant les services de nomades chameliers, est actuellement
sous le contrôle de gros commerçants privés ou de structures paraétatiques
équipés de moyens motorisés. Les courants d’échange à
long rayon l’emportent de loin sur les courants à rayon limité ou
interoasiens. L’un des plus importants permet aux oasis d’exporter
leurs dattes vers le Mali et le Niger, d’où sont importés en retour
Cah. sci. Hum. 29 (1) 1993 : 127-138
des moutons (7). Pour leur approvisionnement en céréales, les oasis
dépendent principalement du Tell algérien, auquel elles livrent par
ailleurs peu de produits en dehors de la tomate extra-primeur.
Par-delà leur extrême diversité, ces différents types de réseaux
commerciaux concrétisent une même situation de dépendance des
agriculteurs oasiens vis-à-vis de l’extérieur.
RAPPORT§ DE PRODUCTION ET DIFFÉRENCIATION SOCIALE
Les rapports sociaux de production en milieu oasien se fondent sur
le contrôle de l’eau. Celui-ci est régi dans toutes les oasis à foggwu
par un mème principe : la part d’eau de chaque producteur est
proportionnelle à sa participation à la réalisation de l’ouvrage. Ce
principe, en théorie très équitable, favorise cependant la concentration
des ressources en eau aux mains de ceux qui disposent d’une force
de travail « externe » (esclaves ou salariés). C’est ainsi que s’est
constituée une couche de propriétaires fonciers à partir des castes
« nobles ». C%OI$ et M’rubti~. principales bénéficiaires du commerce
transsahariens et propriétaires d’esclaves : en 1906, ces deux castes,
qui représentaient ensemble 23 % de la population du Touat-
Gouarara-Tidikelt, détenaient 46 % des ressources en eau et 44 5%
des palmiers (MARTIN. 1908 : 224-226).
Cette aristocratie foncière a certes été affectée par la suppression de
l’esclavage. mais le processus de concentration s’est poursuivi jusqu’au
début des années soixante-dix au profit des entrepreneurs de travaux
hydrauliques. Ceux-ci se chargent de la réfection ou de l’agrandissement
d’une foggara en fournissant la main-d’oeuvre salariée, en
échange de l’octroi à titre définitif d’une part d’eau égale à la moitié
de l’augmentation de débit realisée - l’autre moitié étant répartie
entre l’ensemble des ayants droit au prorata de leurs parts respectives.
La répartition inégalitaire de l’eau - sur laquelle on ne dispose plus
de données quantitatives depuis fort longtemps - se réflète dans
celle des palmiers : c’est ainsi que dans la grande palmeraie de
(7) Ce courant a connu un développement spectaculaire au cours des années soixante-dix;
les exportations de dattes sont passées de moins de 2000 tonnes en 1968 5 8 SO0 tonnes
dix ans plus tard (statistiques du commerce extérieur et des douanes - wilaya
d’Adrar1.
Cah. Sci. Hum. 19 (1) 1993 : 111-138
Survie et ordre social au Sahara 131
Timimoun (Gourara), 10 % des propriétaires détiendraient au début
des années soixante-dix près de 50 % des palmiers (Cool.
Cette concentration a pour conséquence le développement de rapports
de production assurant un transfert de surtravail des producteurs les
plus démunis aux propriétaires fonciers (9), à travers deux principales
formes de « faire-valoir indirect » : le khnmmessat et le gherraxsat.
Le khammessat. forme de métayage, la plus courante dans l’ensemble
du Maghreb, repose officiellement sur le principe d’une rétribution
égale des différents facteurs de production : le producteur direct, qui
ne fournit « que » sa force de travail, ne perçoit que le cinquième
de la récolte (khoms), le reste revenant au propriétaire qui fournit
tous les autres facteurs (en milieu oasien : eau, palmiers, semences,
fumure).
En fait, la part réelle du khamnzès (litt. « quintenier B), soumise à
des modes de calcul bien plus complexes, varie largement selon les
cultures, les techniques et les zones. D’une manière générale, c’est
dans les oasis les plus défavorisées - où elle peut atteindre la moitié
de la valeur globale de la récolte - que cette part est la plus élevée
en valeur relative : tel est le cas par exemple au Tinerkouk. où la
part « avantageuse » du khammès est la contrepartie de rendements
faibles et de l’effort excessif qu’impliquent lutte contre le sable et
puisage de l’eau, (BISON, 1957 : 121). Le calcul de cette part semble
donc reposer sur deux critères : le volume de travail fourni et la
nécessité d’assurer la reproduction de la force de travail du producteur.
Le gherrassat, contrat spécifique à la région et nettement majoritaire
(lO), se distingue du khammessat par la plus grande autonomie
qu’il accorde au travailleur direct : si le khammè,~ travaille sous la
surveillance plus ou moins étroite du propriétaire. le glw~~ (litt.
« planteur P) décide en général lui-même des cultures et de l’organisation
de son travail. Les modalités de répartition de la production
peuvent être résumées comme suit :
(Cool Source : Recensement des propriétaires de palmiers, effectué par les autorites
communales de Timimoun en 1968, et considéré comme reflétant la situation jusqu’au
milieu des années soixante-dix (à la veille de l’application de la « révolution agraire 7,.
laquelle n’a apporté que des changements minimes).
(9) Parmi lesquels se trouvent, outre les autochtones ruraux ou citadins, des pasteurs
nomades des steppes meridionales oranaises; ceux-ci détenaient, au moins jusqu’au
début des années soixante-dix. une part importante des palmiers de certaines oasis du
Gourara, où ils se rendaient chaque année au moment des récoltes (MAROUF, lY8O :
176).
(10) En particulier au Gourara, où il représenterait au moins les trois quarts des exploitants
non propriétaires; nos observations sur le terrain en 1979-1980 recoupent largement
celles de BISON au début des années cinquante.
Cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 121-138
- la récolte de dattes est partagée selon des proportions variables.
mais dont les plus courantes sont un tiers pour le ghewus et deux
tiers pour le propriétaire;
- la production de céréales et de légumes revient au gherms,
déduction faite d’une quantité fixe de céréales représentant une sorte
de rente annuelle (généralement proportionnelle au volume de la
part d’eau).
Ce contrat repose donc sur une combinaison originale des principes
du fermage et du métayage.
Ces deux formes d’exploitation des travailleurs directs devaient
officiellement être éliminées par la <q révolution agraire ~7 entreprise
à partir de 1972, au nom du principe « la terre à ceux qui la
travaillent ». En réalité. cette opération volontariste, conçue et lancée
sans consultation ni participation des intéressés. n’a fondamentalement
rien changé 2 la situation.
Les tâches de limitation et de redistribution des terres se sont
heurtées à l’inadaptation des mesures nationales au contexte local. La
répartition de l’eau étant ignorée des cadres politiques et techniques,
ceux-ci ont pris pour seul critère le nombre de palmiers possédés
pour la définition des « fourchettes » de limitation. mais en fixant un
plafond excessivement élevé (1 100 palmiers) - ce qui n’a permis de
toucher qu’une infime minorité de gros proprit!taires; les jardins
récupérés ont été pour l’essentiel ceux de propriétaires « absentéistes »
touchés par les mesures de nationalisation intégrale, mais ayant réussi
à dissimuler une bonne partie de leurs ressources en eau, Au total,
cette opération n’a réussi qu’à installer une infime minorité des
exploitants non propriétaires sur des jardins insuffisamment pourvus
en eau (11) - d’où de nombreux désistements (12). En revanche,
elle a contribué 21l’ aggravation de la crise hydraulique : la nationalisation
- toute formelle - de l’eau n’a mis fin qu’aux ventes (déjà
rares) de parts d’eau et... à 1,Jactivité des entrepreneurs de travaux
hydrauliques: des lors. c’est 1’Etat qui est considéré comme responsable
de l’entretien des foggmu (tâche non prévue par les textes
officiels).
( 11) Lesquels représentaient en 1979 à peine 10 0 de la surface agricole utile (SAU) de
la wilaya d’Adrar.
(12) Nous avons pu constater en 1979 dans plusieurs communes du Touat et du Ciourara
que le nombre d’effectif d’attributaires restés sur leurs terres &ait trks inférieur à celui
des listes officielles - la plupart des désistants non déclan% &nt partis s’embaucher
dans des secteurs extra-agricoles, ou mème retournés 2 leur ancien statut de métayers !
Cah. Sci. Hum. 29 (11 199.~ : 121-138
Survie et ordre social au Sahara 133
Dans ce contexte, on ne peut s’étonner du maintien ou même du
renforcement de formes de production « ancestrales » - mais nullement
figées - qui constituent en fait des formes d’adaptation à des
conditions précaires’ (13).
La société oasienne actuelle présente des formes de différenciation
fort complexes, dont il est difficile de rendre compte de manière
systématique et rigoureuse. Les critères retenus dans la majorité des
études empiriques sur la stratification sociale (niveau de revenu. statut
juridique, prestige ou influence sociale, etc.) permettent au mieux
l’élaboration d’une certaine classification qui reflète plus ou moins
fidèlement les hiérarchies et les inégalités socio-économiques. mais
qui ne rend compte ni des rapports réels entre groupes sociaux ni de
la dynamique interne de l’organisation sociale dans son ensemble.
Or, les divisions apparemment rigides révélées par l’observation
empirique à un moment donné n’ont de sens que par rapport à un
contexte global en perpétuel mouvement.
La classification proposée au début du siècle par MARTIN (1908),
certes très schématique et discutable, offre néanmoins une base
utile (14) à tout essai de reconstitution du processus de formation de
couches et fractions de classes jusqu’à nos jours (fig. 1).
La figure 1 fait apparaître - sous une forme excessivement simplifiée
- un processus incessant de fractionnement/recomposition à
partir des divisisions « initiales » (en fait, celles de la période de
« référence »), sous l’effet de divers facteurs socio-économiques.
La couche des propriétaires fonciers. constituée principalement de
membres des cases « nobles », perd de son homogénéité avec la
diffusion accelérée des rapports marchands dans la deuxième moitié
du siècle. La maîtrise des circuits commerciaux permet à la fraction
la plus dynamique des propriétaires fonciers de diversifier ses sources
de revenus et de s’assurer une puissance sociale. économique et
politique croissante, au détriment de l’aristocratie « traditionnelle ».
Cependant, la compétition entre ces deux groupes se trouve fréquemment
atténuée au niveau local par les réseaux d’alliances personnelles
et familiales, qui neutralisent les conflits latents et favorisent même
une certaine interpénétration.
(13) Les clauses des contrats « traditionnels » évoluent en fait constamment : bien avant
la « révolution agraire », le khamnessat <T classique » avait disparu au profit d’un
système (désigk plus fréquemment sous le terme de chorka, « association D) dans
lequel propriktaire et producteur se partagent à. parts égales récoltes et frais de
production.
(11) Présentant notamment l’avantage, du fait de sa dimension quantitative, de permettre
d’évaluer la répartition des principaux moyens de production entre les différents
groupes - de même que leur importance numérique respective.
Cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 121-138
Les agriculteurs « marchands ». bien dotés en moyens de production
(eau ou palmiers), spécialisés dans les cultures les plus rentables.
forment une minorité assez localisée dans les oasis les plus favorisées
par la nature et par les voies de communication. Cette couche intègre
parfois des fermiers ou les métayers dont le dynamisme compense le
statut de non-propriétaires ( 15).
Période de la
conquête (19001
Années 1910-1950 Années 1970-1980
Chorfa A
Aristocratie ----------)
Bourgeoisie agro-
?
commerçante
M’rabtin
/ pr;fjfgy --. y+ ;;;?$~tJ&.“se
.=+ #’
.* ,’
CI .* ,’
Roturiers I+b Exploitants ILL Agriculteurs
‘% ‘marchands’
‘\
‘y 7
‘indépendants’ ,
\
\ \ /’
\ .’
,. *\ \\,.’ Agriculteurs
.’
Haratin *’ ‘1
(affranchis) *-*._
-\
la
‘Semi-prolétaires”
sans statut
Paysans paupérisés
Prolétaires ruraux
FIL 1. - Stratification g6nérale de la société r,asienne.
Les autres catégories, qui regroupent en fait la grande majorité de
la population rurale - sont les plus difficiles a définir. L’extrême
diversité des situations fait que la frontière est loin d’ètre nette entre
les petits producteurs « domestiques », les paysans « paupérisés >>
(attachés à une activité agricole qui ne leur permet plus de vivre
réellement) et les prolétaires ruraux (vivant essentiellement de la
vente, même irrégulière, de leur force de travail). De plus, le statut
juridique joue ici un rôle de plus en plus limité. bon nombre de
petits producteurs cumulant en fait plusieurs statuts (propriétaire,
fermier. métayer. etc.). Cette diversité, conjuguée avec la dispersion
( 15) On relève ici I’amhivalence du fermage et du métayage (phénomène que l’on retrouve
d’ailleurs dans la majorité des sociétés agraires) : il s’agit à la fois de formes
d’exploitation des producteurs et de moyens pour ceux-ci d’ktendre leurs superficies
cultivtks et de renforcer leur assise économique (moyens parfois plus efficaces qu’une
redistribution foncière conduite d’<- en haut >F).
Survie et ordre social au Sahara 135
géographique et les divisions à caractère « ethnico-culturel » (16),
entretient un profond cloisonnement au sein des couches défavorisées,
s’opposant au développement d’une conscience commune - et a
fu~~io~~ d’actions collectives - face aux couches privilégiées. Cellesci
bénéficient, dans la majorité des cas, d’une sorte de consensus
local, où la solidarité vis-à-vis de l’« extérieur » prime sur les clivages
internes.
POUVOIR LOCAL ET RAPPORTS PAYSANS/ÉTAT
Un concours de facteurs historiques et géographiques a permis aux
oasis du Touat-Gourara-Tidikelt de conserver de tout temps - y
compris à l’époque coloniale - une assez large autonomie, favorable
au maintien des pouvoirs locaux traditionnels. Ceux-ci se seraient
même renforcés avec la fin de l’« insécurité » au Sahara : l’aristocratie
foncière et religieuse n’ayant plus de tribut à verser à des « protecteurs
» nomades, disposait dès lors (17) librement des divers prélèvements
qu’elle opérait sur les producteurs, tandis qu’elle contrôlait les
relations avec l’extérieur. Cette situation n’allait-elle pas être remise
en cause après l’Indépendance, avec l’intervention croissante de
l’État ?
Celui-ci devait logiquement, de par son orientation socialiste officielle,
oeuvrer en priorité en faveur des groupes déshérit+, en s’opposant
au besoin à l’aristocratie locale. D’autre part, un Etat autoritaire et
centralisé, soucieux de contrôler étroitement la vie politique et sociale
de régions encore mal « intégrées » à l’ensemble national, pouvait
difficilement tolérer le maintien de pouvoirs locaux autonomes.
susceptibles de jouer un rôle de forces « centrifuges ».
Le premier objectif n’a jamais reçu de réponse cohérente et efficace.
La « révolution agraire » n’a eu, comme nous l’avons vu, qu’un
impact marginal - facilitant d’autant sa liquidation dans les années
quatre-vingt. Quant aux diverses actions de « développement agricole
», d’envergure très variable mais toujours ponctuelles, elles
contribuent surtout à la reproduction, voire au renforcement des
inégalités existantes. Cela vaut aussi bien pour la coiîteuse « opération
tomate » (largement subventionnée par l’État, mais dont les aléas
(16) Nous regroupons sous ce terme des phénomènes de nature très diverse, qui exigeraient
une analyse approfondie : divisions ethniques et linguistiques, mais également chaînes
complexes de solidarité et d’antagonismes, entretenues par des confréries religieuses
très influentes, rassemblant parfois des oasis (ou des fractions d’oasis) très éloignées.
(17) En dehors du paiement de l’impôt, dont elle était jadis exonérée (MARTIN, 1908 :
230).
Cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 721-138
13h YWS GUI1 LERMCXI
sont supportés surtout par les petits producteurs), que pour les
actions d’équipement hydraulique (principalement forages), les crédits
d’équipement agricole, les distributions de rejets de palmiers, de
cheptel ou d’intrants divers (lg), etc.
Quant à l’objectif d’intégration administrative et politique, il se
concrétise essentiellement par la mise en place d’un systême communal
calqué sur celui du Nord. C’est ainsi que sont créées des communes
de taille démesurée (plusieurs milliers de kilomètres carres), qui
regroupent chacune plusieurs dizaines d’oasis éparpillées, et qui
forment le plus souvent des entités abstraites. Ces « communes » sont
dotées d’instances censées représenter la population : les Assemblées
populaires communales (APC). composées en grande majorité de
notables, de commerçants et (surtout dans les centres urbains) de
fonctionnaires : les mêmes catégories sociales contrôlant les structures
locales du parti FLN et diverses instances à caractère politique ou
économique.
Toutes ces instances ne détiennent dans l’ensemble qu’un pouvoir de
décision très limité: mais elles disposent d’une marge de manoeuvre
généralement très large dans l’application des décisions prises par le
pouvoir central - qu’elles savent fort bien interpréter en fonction
des intérêts des groupes qui les composent.
Ces réseaux politico-administratifs s’appuient au niveau des oasis
elles-mêmes sur une institution spécifique à la région : les cIzefs de
ksar. Ceux-ci occupent une position complexe, qui renvoie moins à
une forme d’autorité « coutumière » qu’à un contexte précis, caractérisé
par l’intervention croissante du pouvoir central et la faiblesse
relative de ses appareils locaux. Les chefs de ksar, notables désignés
par « accord tacite » et non rétribués, constituent le relais obligatoire
entre toute instance officielle et la population (l(J), ce qui dans des
zones physiquement enclavées leur confère des prérogatives fort
étendues, bien que jamais définies formellement : en pratique, les
représentants des diverses instances étatiques délèguent aux chefs de
(1X) Ces distributions (gratuites) s’effectuent principalement dans le cadre des Plans
communaux de developpement (PCD), selon des modalités qui laissent une large place
à l’initiative « locale » : ainsi. dans certaines communes. des lots de chevres sont remis
aux chefs de ksar. à charge pour eux de les répartir entre les fellahs ayant les « moyens
de les elever F\ (information fournie par un secretaire général d’Assemblée populaire
communale).
( 19) Ce genre de pratique (qui remonte en fait à l’époque coloniale) n’est pas sans rappeler
le système d’administration locale mis en place au Maroc - sous des formes beaucoup
plus élaborées - sous le protectorat français, puis reconstitué peu aprês l’Indépendance
sous des formes légèrement modifiées (cf. LEVEAU, 19%). Ainsi. des politiques
qu’officiellement tout oppose présentent parfois des convergences remarquables à
l’échelle locale.
Cah. Sci. Hum. 2Y (1) 1993 : 121-138
Survie et ordre social au Sahara 137
ksar toutes les fonctions qu’ils ne peuvent - ou ne veulent - assumer
eux-mêmes. Les chefs de bar deviennent ainsi fréquemment les
principaux gestionnaires locaux des diverses aides de 1’Etat aux
producteurs, et les interprètes exclusifs des besoins de la population.
Il est clair que la généralisation de ces pratiques permet à une minorité
de faire prévaloir ses intérêts avec le minimum de contestation.
Les rapports paysans/État en milieu oasien sont donc médiatisés par
une forme de pouvoir « informel », qui entretient un rapport de
forces nettement favorable aux couches dominantes et qui contribue
à la marginalisation des petits producteurs.
Le pouvoir central s’est largement accommodé de ce type de
situation pendant plus d’une décennie de dirigisme et de volontarisme
économique et social. L’évolution « libérale » du régime algérien
depuis le début des années quatre-vingt n’est-elle pas de nature à
renforcer encore le statu quo ? En fait, le « désengagement » général
de l’État (et particulièrement sensible dans les régions rurales
défavorisées) dans un contexte de crise économique aiguë pourrait
paradoxalement, en laissant ses anciens interlocuteurs privilégiés seuls
face à une population lassée de vaines attentes, contribuer à la remise
en cause d’un équilibre fondé sur un consensus artificiel.
BIBLIOGRAPHIE
AUMASSIP (Ci.), 19S6. - Le Bas Sahara dans la Préhistoire, Paris. Editions du CNRS,
615 p.
BISSON (J.), 1957. - Le Gourara. Étude de géographie humaine, Alger, Imprimerie
Imbert, 223 p.
BISSON (J.), 1984. - « Tinerkouk et Tarhouzi : Déménagement ou désenclavement
de 1’Erg occidental? » in Enjeux Sahariens, Paris, Éditions du CNRS : 275-292.
BLIN (L.), 1990. - L’AZgkrie, du Sahara au Sahel, Paris. L’Harmattan, 501 p.
CAPOT-REY (R.), 1953. - Le Sahara françuis, Paris, PUF, 564 p.
GAUTIER (E. F.), 1950. - Le Sahara, Paris, Payot, 231 p.
GRANDGUILLMJME(G .), 1973. - Régime économique et structure du pouvoir : le
système des foggaras du Touat, Revue de l’Occident mu:sulman et de la
Mkditerrarzée, n” 13-14 : 437-456.
GRANIER (J.-C.), 1980. - Rente foncière en eau et régulation économique dans le
Gourara algérien, Revue Tiers Monde, t. XXI, no 83 : 649-663.
GUILLERMOU (Y.), 1983. - Agriculture, « familiale >a et mutations sociales duns les
campagnes algériennes. Thèse d’Etat. Paris-I, X~XVII-g47 p.
GUILLERMOU(Y .), 1990. - « Le développement pastoral en Algerie : dirigisme ou
laisser-faire? » in Cah. Sci. Hum. 26 (l-2) : 155-171.
Cah. Sci. Hum. 29 (1) 1993 : 121-138
LEVEAIJ (R.), 1985. - Le fellnh rnartwuin, d&feuseur du trcine, Paris. Presses de la
Fondation nationale des sciences politiques, 3 19 p.
MAROUF (PJ.). 1980. - Lecture de l’espace oasien. Paris. Sindbad, 286 p.
MARTIN (A. G. P.). 190&.- À la frontière du Maroc : 1tr.osa sis sahuriewtes( Gowara-
Touat-Tidikeltl. Paris. C’hallamel. 406 p.
MUNIER (P.), 1973. - Le palmier-dattier, Paris, Maisonneuve et Larose. 221 p.
C,sh. Sri. Hum. 29 (II 1933 : 121-138[center
]
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو
 
Les oasis du Touat-Gourara-Tidikeit en Algérie
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتديات برة العرب اولاد زنان :: منتدى الثقافة العامة-
انتقل الى: